Radio Havane Cuba

Une voix d'amitié qui parcourt le monde

  • Suivez nous sur

#NoMasBloqueo #SolidaridadVsBloqueo

Cuba, les Etats-Unis et la traite d’êtres humains (2/2)Par Salim Lamrani

Jeune travaillant dans une plantation de coton aux États-Unis, photo par Human Right Watch

Jeune travaillant dans une plantation de coton aux États-Unis, photo par Human Right Watch
Mondialisation.ca

Selon Human Rights Watch, les Etats-Unis sont le seul pays développé à permettre légalement l’exploitation des enfants au travail dès l’âge de 12 ans.

La traite d’êtres humains aux Etats-Unis

Les Etats-Unis affirment considérer comme prioritaire la lutte contre la traite d’êtres humains. Selon John F. Kerry, les Etats « ont une obligation morale de relever ce défi [car] la traite d’êtres humains est une attaque contre nos valeurs les plus chères comme la liberté et la dignité humaine[1] ».

Néanmoins, sur cette question, le rapport du Département d’Etat lui-même est accablant pour Washington. En effet, « les Etats-Unis sont un pays source, de transit et de destination pour des hommes, des femmes et des enfants – à la fois citoyens étasuniens et résidents étrangers – victimes de trafic sexuel et de travaux forcés[2] ».

Selon ce même rapport,

« Les medias ont fait part d’abus dont ont été victimes les ressortissants étrangers travaillant pour l’Armée américaine en Afghanistan. Des ONG ont rapporté que des détenteurs de visa travaillant en tant que domestiques ont été soumis à des travaux forcés par le personnel des missions diplomatiques et des organisations internationales présentes aux Etats-Unis. Des femmes et des filles indiens-américains ont été soumises au commerce sexuel et la jeunesse LGBT a été particulièrement vulnérable auprès des trafiquants[3] ».

Le rapport de Human Rights Watch

Par ailleurs, les Etats-Unis sont sans doute le seul pays développé où les enfants peuvent être exploités au travail dès l’âge de 12 ans. Human Rights Watch, organisation de défense des droits de l’homme, a ainsi dénoncé l’exploitation des enfants dans les champs de tabac. Selon cette organisation, ces derniers sont en moyenne âgés de 13 ans et travaillent jusqu’à 60 heures par semaine. Selon une enquête de HRW, 53% d’entre eux sont exposés aux pesticides, 66% souffrent de  symptômes récurrents telles que « des nausées, vomissements, maux de tête, vertiges, et  perte d’appétit » dus à l’exposition à la nicotine et 73% ont déjà été malades, atteints de « nausées, maux de tête, maladies respiratoires, problèmes de peau et autres symptômes ».[4]

Selon HRW, les enfants « travaillent de longues journées sans que les heures supplémentaires ne soient rémunérées, souvent sous une chaleur extrême sans zone ombragée ou pauses suffisantes, et sans protection adéquate ». Ils sont ainsi « exposés à une nicotine nocive sans avoir fumé une seule cigarette ». Les enfants sont également contraints de manipuler « des outils et des machines dangereux, de soulever de lourdes charges, de grimper sur plusieurs niveaux sans protection pour suspendre le tabac dans les granges[5] ».

L’organisation ajoute que « les tracteurs ont versé des pesticides près des zones de travail », affectant gravement la santé des enfants, lesquels ont souligné que « le spray les atteignait directement, les faisant vomir, leur donnant des vertiges, et leur provoquant des difficultés à respirer et une sensation de brûlure au niveau des yeux ». De plus, la plupart des pesticides utilisés dans la production de tabac sont « des neurotoxiques notoires, du poison qui altère le système nerveux ». Une telle exposition peut provoquer à long terme « le cancer, des problèmes cognitifs et d’apprentissage et la stérilité ». HRW souligne que « les enfants sont particulièrement vulnérables car leurs corps et leurs cerveaux n’ont pas encore complété leur croissance ». Par ailleurs, « la plupart des enfants interviewés par Human Rights Watch ont déclaré qu’ils n’avaient pas accès aux toilettes ou à un endroit pour se laver les mains sur leur lieu de travail, restant ainsi avec des résidus de tabac et de pesticides sur leurs mains, y compris durant les périodes de repas[6] ».

En 2012, 70% des enfants âgés de moins de 18 ans décédés d’un accident de travail étaient des travailleurs agricoles. Aucune protection suffisante n’est offerte par le code du travail des Etats-Unis. Ainsi, les enfants peuvent être exploités dans l’agriculture dès l’âge de 12 ans et travailler « durant plus d’heures, à un salaire inférieur, dans des conditions plus dangereuses que dans tout autre industrie[7] ».

Le classement de Cuba dans la liste des pays impliqués dans la traite d’êtres humains est, semble-t-il, davantage motivé par des considérations politiques et idéologiques, que par une base factuelle précise et vérifiable. En effet, les organisations internationales, notamment celles chargées de la protection de l’enfance telle que l’UNICEF, contredisent les affirmations de Washington au sujet de l’exploitation des mineurs. Au contraire, elles font l’éloge de la politique sociale en faveur de la protection des personnes de l’île de la Caraïbe. Par ailleurs, les Etats-Unis, plaque tournante de la traite d’êtres humains selon leur propre rapport, est le seul pays développé à autoriser l’exploitation des enfants dès l’âge de 12 ans, jetant ainsi une ombre sur leur crédibilité dès lors qu’il s’agit de défendre les droits humains.

Salim Lamrani

Article initialement publié en portugais par Opera Mundi :

http://operamundi.uol.com.br/conteudo/opiniao/35994/os+eua+nao+tem+moral+diz+cuba+sobre+acusacao+de+trafico+de+seres+humanos.shtml

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013 et comporte une préface d’Eduardo Galeano.

Contact : lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

Page Facebook : https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel

 

 

[1] Le Monde, « Le rapport américain sur la traite d’humains provoque un tollé », 20 juin 2013.

[2] State Department, « Trafficking in Persons Report 2014 », juin 2014. http://www.state.gov/documents/organization/226849.pdf (site consulté le 30 juin 2014), p. 30-36.

[3] Ibid.

[4] Human Rights Watch, « US : Child Workers in Danger on Tobacco Farms”, 14 mai 2014. http://www.hrw.org/news/2014/05/14/us-child-workers-danger-tobacco-farms#infographic (site consulté le 30 juin 2014).

[5] Ibid.

[6] Ibid.

[7]
Edité par Reynaldo Henquen
Commentaires
Nous procédérons à un changement de fréquences à partir du 16 novembre 2015
Laissez un commentaire
Visites

3849644

  • Maximum en ligne: 19729
  • Hier: 4569
  • Aujourd'hui: 1031
  • En ligne: 176
  • Total: 3849644