Cuba confirme à Genève son engagement envers le respect des droits humains

Genève, 16 mai, (RHC).- Bruno Rodriguez, ministre cubain des Affaires étrangères, a présenté ce mercredi à Genève le rapport de notre pays à l'Examen périodique universel du Conseil des Droits humains.

Dans son discours, Bruno Rodriguez a souligné que le but de CUBA est de construire une nation souveraine, indépendante, socialiste, démocratique, prospère et durable moyennant la consolidation institutionnelle de notre système politique à caractère participatif.

«Aux élections, récemment conclues, des députés à l'Assemblée Nationale du Pouvoir populaire, 86% des électeurs se sont rendus aux urnes. 94% des bulletins de vote ont été validés. Ces résultats non enregistrés dans des pays qui se présentent comme des modèles de démocratie, démontrent le degré élevé de légitimité et d'appui populaire dont bénéficie le système politique cubain.»

Le chef de la diplomatie cubaine a souligné que la protection du droit à la vie reste la plus grande priorité et signalé à titre d'exemple que dans notre pays il n'y a ni vente ni trafic d'armes à feu et que le taux d'homicides est très faible, ce qui contribue, a-t-il relevé, au fait que Cuba est un des pays les plus sûrs du monde.

Bruno Rodriguez s'est d'autre part référé à la promotion du droit à la pleine égalité de genre et la lutte contre la discrimination de tout type.

«Nous avons continué à avancer dans la promotion du droit à la pleine égalité et dans la lutte contre les éléments de discrimination en raison de la couleur de la peau et de la femme qui subsistent dans la conduite de quelques personnes.

Nous avons également avancé, avec l'appui des institutions gouvernementales, dans la prévention et la lutte contre des manifestations de discrimination pour des motifs d'orientation sexuelle et identité de genre.

On consolide les programmes d'attention et de protection de l'enfance et de l'adolescence, des personnes du troisième âge et des personnes handicapées comme des acteurs de droits et bénéficiaires du développement national.»

Bruno Rodriguez a souligné lors de la présentation du rapport à l'Examen périodique universel du Conseil des Droits de l'Homme, que la garantie pour l'exercice des droits humains est une obligation prioritaire de l'État.

«A Cuba, a-t-il souligné, chaque sphère de la vie sociale compte des milliers de défenseurs de ces droits dont le travail bénéficie de la reconnaissance et de l'appui du gouvernement. »

Bruno Rodriguez a dénoncé une fois de plus le blocus économique, commercial et financier que les États-Unis ont officiellement décrété contre notre pays en février 1962 dans le but de faire plier le peuple cubain par la faim et la maladie ainsi que le contexte économique défavorable dans lequel Cuba lutte pour son développement.

«Nous ne pouvons pas laisser de mentionner notre condition de petit pays insulaire, en développement, plongé dans un contexte économique international défavorable où prévalent des modèles de production irrationnels et insoutenables et des règles de marchés et d'institutions financières internationales peu démocratiques et en rien transparentes. A cela vient s'ajouter les effets adverses du changement climatique et l'impact de désastres naturels de grande intensité sur notre économie.

Parmi les priorités face à l'avenir se trouve continuer à avancer dans la mise à jour du modèle de développement économique et social, la consolidation du cadre juridique institutionnel de promotion et de protection des droits humains, le perfectionnement de notre système politique et du modèle cubain de démocratie socialiste, de la défense de nos valeurs et de l'unité et l'indépendance nationale.»

Édité par Francisco Rodríguez Aranega



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up