Une constitution pour les temps nouveaux

Sur la photo, la commission chargé de la rédaction du projet de Constitution

La Havane, 6 août, (RHC).- Ania Aparicio, députée cubaine, a déclaré que le projet de Constitution de la République qui fera l'objet de débats populaires du 13 août au 15 novembre est caractérisé par la modernité et par les modifications dans le mécanisme d'administration du pays tout en préservant les principes du socialisme et de notre Révolution.

Dans des déclarations à notre correspondante à Santa Clara, Ania Aparicio membre de la commission chargée de la rédaction du projet de Constitution a signalé :

«La conception du projet de Constitution marque une nouvelle étape dans l'histoire de la Révolution. Il s'agit réellement d'une nouvelle constitution sans pour autant renoncer à toute l'histoire qui nous précède. Au contraire, le projet confirme la poursuite de notre processus révolutionnaire, le caractère irrévocable de notre système socialiste, le rôle dirigeant supérieur et d'avant-garde de notre Parti. C'est pourquoi nous mettons l'accent sur la continuité. D'ailleurs, dans son préambule, il est question de la contribution historique de la pensée de Fidel Castro, leader historique de notre Révolution. »

Ania Aparicio s'est référée à la nouvelle structure administrative proposée par le projet de constitution adopté le 22 juillet dernier et qui fera l'objet d'un référendum après la révision faite sur la base des modifications suggérées par les électeurs au cours des débats populaires.

«C'est une Constitution qui marque aussi une nouvelle République parce qu'elle entraîne l'adoption d'une nouvelle structure de l'État, des postes nouveaux qui renforceront notre État parce que l'existence des postes de président de la République, du Conseil d'État dont la présidence, la vice-présidence et le secrétaire seraient assurés par l'Assemblée Nationale ainsi que le poste du Premier ministre permettra une meilleure distribution des fonctions, un meilleur contrôle et une contrepartie au sein des organes supérieurs de l'État.»


 

Édité par Francisco Rodríguez Aranega



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up