Plus d'une quarantaine d'influentes personnalités étasuniennes demandent l'amélioration des relations avec Cuba

Washington, 19 mai (RHC/PL).- Plus d'une quarantaine de personnalités influentes des États-Unis de différents horizons politiques ont demandé aujourd'hui dans une lettre au président Barack Obama d'user de ses pouvoirs exécutifs pour améliorer les relations avec Cuba.

La lettre est signée par des représentants de la politique étasunienne parmi lesquels figurent plusieurs républicains, des membres de la communauté cubano-étasunienne résidant à Miami, dans l'État de la Floride ainsi que d'anciens membres du gouvernement et d'anciens hauts gradés des Forces Armées.

Parmi les signataire se trouvent 3 anciens secrétaires d'État pour l'Hémisphère Occidental : Jeffrey Davidow, Alec Wastson et Arturo Valenzuela, ainsi que deux ex chefs du Bureau des Intérêts des États-Unis à La Havane: Michael Palmry et Vickie Huddleston.

La lettre est également signée par l'ex commandant du Commandement Suprême allié de l'OTAN, le général à la retraite étasunien James Stavridis.

L'ex-secrétaire à l'Intérieur Ken Salazar, l'ex secrétaire au Travail, Hilda Solís ainsi que David Rockefeller, président honoraire du Conseil des Amériques ont égale paraphé la lettre envoyée à Barack Obama.

La lettre met l'accent sur le fait que l'on a conscience du fait que peu de chose peut être fait au Congrès sur ce thème mais que le président a une opportunité, comme jamais auparavant, pour impulser un progrès sans précédents en usant de ses prérogatives exécutives car l'opinion publique étasunienne est un faveur d'une plus grande interaction avec le peuple cubain.

Les signataires de la lettre indiquent que le président peut élargir les voyages à Cuba à tous les Étasuniens et pas seulement aux Cubano-américains, aux groupes religieux ou culturels comme cela est le cas actuellement.

Les personnalités exigent d'Obama qu'il entame des conversations sérieuses avec les autorités cubaines dans des domaines d'intérêts comme la sécurité nationale, la migration, le trafic de drogue et l'environnement , entre autres.

Les résultats d'un récent sondage fait par le Centre Latino-americain du Conseil de l'Atlantique ont révélé que 61% des Étasuniens sont en faveur de la levée de l'interdiction sur les voyages à Cuba, des transactions commerciales et des rencontres avec le gouvernement cubain sur des questions bilatérales.

Depuis plus de 50 ans , les États-Unis maintiennent un blocus économique, financier et commercial contre Cuba qui a causé , à notre pays, des pertes dépassant un billion 157 327 millions de dollars ce qui constitue une violation de la Charte des Nations Unies et des normes du Droits International.

La communauté internationale a condamné  cette mesure génocidaire et elle a exigé sa levée immédiate durant 22 ans consécutifs à l'Assemblée Générale de l'ONU.

 

Édité par Reynaldo Henquen



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up