Alicia Barcena fait l’éloge de l’exercice de Cuba à la présidence tournante de la CEPAL

La Havane, 24 oct. (RHC).- Cuba rendra officiellement ce lundi au Costa Rica la présidence tournante de la CEPAL, la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique Latine et les Caraïbes.

Dans des déclarations au site www.cubadebate.cu, Alicia Barcena, secrétaire exécutive de la CEPAL a fait l’éloge du travail réalisé par Cuba en faveur de la coopération et du développement durable dans la région.

«Cuba a toujours aidé à placer le multilatéralisme comme un outil clé pour le développement durable sur un pied d’égalité. Et sans aucun doute, Cuba dans l’exercice de la présidence, a accompagné toutes les réunions de nos organes subsidiaires, qui sont neuf et des réunions intergouvernementales que nous avons dans notre architecture institutionnelle.

Cuba a contribué au positionnement des Caraïbes, les Caraïbes en premier, rendant réalité ces Caraïbes FIRST avec la participation d’un nombre très important d’États caribéens, en rendant visible la réalité de ces pays à revenus moyens, hautement vulnérables aux effets du changement climatique et notamment aux désastres naturels comme les ouragans et les tempêtes.

Et plus récemment, l’impact qu’a eu le Covid-19 sur le secteur touristique dans cette importante sous-région».

Alicia Bárcena a également souligné les efforts déployés par Cuba à la présidence tournante de la CEPAL en faveur du développement durable dans la région et de la coopération Sud-Sud dans le cadre de la mise en application de l’agenda 2030.

Dans l’exercice de la présidence, Cuba a conduit le comité de coopération Sud-Sud au sein de la CEPAL et sous son leadership articulateur de la coopération avec pour principe la solidarité, nous avons participé à la seconde conférence de haut niveau des Nations Unies sur la coopération Sud-Sud,  BAPA+40.

Cuba était chargée de la présentation des contributions de la CEPAL devant le Forum politique de haut niveau sur le développement durable 2019-2020 à New York.

Le ministre Malmierca en tant que président du Forum a mentionné dans son discours que seule une réponse articulée entre des pays à tous les niveaux peut freiner et contrecarrer les effets de cette pandémie qui ne distingue pas entre frontières, idéologies ou niveaux de développement».

Édité par Francisco Rodríguez Aranega



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up