Diaz-Canel: «Ils ont insisté pour nous tuer; nous avons insisté pour vivre et gagner»

Photo: Prensa Latina

La Havane, 18 déc. (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel a qualifié ce jeudi l’année 2020 de dure et défiante comme peu d’autres à cause de la pandémie de Covid-19 mais aussi du renforcement du blocus étasunien.

L'impact du Covid-19 a atteint des moments insupportables, en même temps que le renforcement du blocus. «Ils ont insisté pour nous tuer, mais nous avons insisté pour vivre et gagner. C'est le destin de ce peuple, de grandir face aux défis», a souligné Díaz-Canel devant la députation.

Il a rappelé quelques-uns des résultats du programme national de prévention et de lutte contre le Covid-19.

Il a souligné le fait que les laboratoires cubains ont jusqu’à présent analysé plus d'un million de tests PCR pour le dépistage de la maladie et rappelé que le taux de mortalité de 1,4%, est inférieur aux taux du monde et des Amériques. «Nous sommes l'un des rares pays à ne pas avoir enregistré de décès d'enfants, de femmes enceintes et de soignants» a-t-il souligné.

Le président a rappelé que les unités de soins intensifs ne se sont pas effondrées et que plus d'une douzaine de médicaments cubains sont utilisés pour traiter les patients atteints de Covid-19. Dans le même temps, quatre candidats vaccins cubains sont à l’essai et l'industrie nationale développe des prototypes de respirateurs artificiels.

Dans son discours de clôture des travaux de la session d’hiver de l’Assemblée Nationale, le président cubain s’est référé aux véritables exploits du peuple cubain, en particulier des médecins, infirmiers et scientifiques.

Il a eu des propos pour saluer le travail des cadres professionnels de la santé qui ont contribué à la lutte contre le nouveau coronavirus dans les coins les plus reculés de la planète.

Miguel Díaz-Canel a d’autre part signalé que malgré la complexité du scénario économique, notre pays ne renonce pas à son développement.

Miguel Díaz-Canel a indiqué que notre pays a vécu cette année de pandémie dans des conditions économiques exceptionnelles. La conception du plan avait prévu, même au milieu de fortes restrictions, d'atteindre une croissance d'environ 1%.

Pourtant le PIB de Cuba devrait chuter de 11 %. «L'économie est en baisse mais ne s'arrête pas», a assuré le président cubain.

Dans le cadre de ce scénario, a-t-il poursuivi, d'importants investissements ont été réalisés dans des secteurs tels que le logement, le tourisme et la production alimentaire, et la première centrale bioélectrique du pays a été mise en service.

Il a indiqué qu’un processus progressif de relance économique est estimé entre 6 et 7% mais que pour atteindre cet objectif, il faut maintenir le contrôle de la pandémie.

Sur ce point, il a souligné que la tâche «mise en ordre» qui comprend l’unification monétaire et cambiaire ainsi que des augmentations de salaires et des pensions, est la plus complexe de ces dernières années et il a assuré que les préoccupations de la population sont suivies avec intérêt et respect afin d'y répondre.

«On révisera ce qui doit être révisé et on corrigera ce qui doit et peut être corrigé. La Révolution insiste sur son ferme objectif de n’abandonner personne à son sort»

Se référant au contexte international, le président cubain a rappelé que l’impact du Covid-19 est venu aggraver la pauvreté et les inégalités sociales.

Il a confirmé son soutien au Venezuela, au Nicaragua et à la Bolivie.

Miguel Díaz-Canel a d’autre part qualifié de sordide la guerre économique contre Cuba et souligné que le blocus est moralement et légalement insoutenable.

Il s’est également référé aux tentatives de subvertir l’ordre social à l’intérieur de notre pays depuis l’étranger.

«Il y a un essaim d’annexionnistes contre la Révolution» a-t-il souligné

«De nouvelles provocations sont en cours et nous les déjouerons une nouvelle fois, avec unité, avec cohérence, avec disposition, sans crainte, avec le peuple, sans attendre des orientations, sans retard, avec fermeté, la main ferme, avec intelligence, avec décence, avec lucidité et, conformément à notre Constitution et aux principes que nous défendons, nous pourrons toujours vaincre et chaque fois d’une façon plus consistante».

Miguel Díaz-Canel a convoqué les Cubains à penser toujours comme pays pour consolider la victoire.

«Il y a toujours des raisons de la célébrer. Plus les raisons sont nombreuses, plus sont dures les épreuves que nous avons surmontées. Nos félicitations, Cubaines et Cubains.  Nous sommes la Cuba vivante, nous sommes le pays qui s'est efforcé de résister aux épreuves et aux attaques les plus cruelles et perverses. Ici, nous continuons à vivre, à résister, à créer et à remporter des victoires».

Édité par Francisco Rodríguez Aranega



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up