Des personnalités expriment leur solidarité avec la cause des antiterroristes cubains prisonniers aux États-Unis

La Havane, 1er novembre (RHC-PL)- Ramsey Clark, ex procureur général des États-Unis a signalé que les 5 antiterroristes cubains condamnés aux États-Unis ont fait ce que Washington aurait dû faire; essayer d'empêcher la réalisation d'actes de terrorisme.

Dans un message vidéo paru sur le site www.voicesforthefive.com, Ramsey Clark a signalé que Gerardo Hernández, Ramón Labañino, Fernando González, Antonio Guerrero et René González -ce dernier a déjà purgé sa peine et se trouve à Cuba- constituaient un système d'alerte précoce pour notre pays face aux attentats perpétrés depuis les États-Unis.

Plus de 100 personnalités internationales de la culture, des médias, du secteur juridique et des organisations sociales exigent sur le site « Des voix en faveur des 5 » la libération des 4 antiterroristes cubains qui sont toujours en prison aux États-Unis.

De son côté, Noam Chomsky, linguiste et politologue étasunien, a dénoncé auprès du gouvernement des États-unis des crimes qui sont concoctés sur le territoire de son pays et qu'il tolère alors qu'il devrait en punir les responsables.

« Les 5 ont risqué leur vie et, au lieu d'être considérés comme des héros, ils ont été condamnés à de très lourdes peines de prison » a indiqué Noam Chomsky qui a relevé que la seule façon de réparer cette injuste est d'annuler les charges présentées contre les 5.

«Il est temps de les libérer. Ces hommes n'ont commis aucun acte de violence, au contraire, ils ont sauvé la vie de milliers de personnes qui auraient pu être victimes d'attentats » a, quant à lui, exigé le journaliste espagnol Ignacio Ramonet, dans son message vidéo.

Il a ajouté que les combattants pacifiques cubains contre le terrorisme, arrêtés à Miami en 1998, pour avoir surveillé les groupes terroristes qui ont pignon sur rue dans cette ville étasunienne afin de prévenir Cuba des attentats la prenant pour cible, ont été condamnés injustement à des peines complètement disproportionnées et irrationnelles.

 »Le président Obama, en sa qualité de Prix Nobel de la Paix, doit les gracier ou saisir la Cour Suprême des États-Unis de l'affaire afin qu'elle l'étudie et qu'elle décide, sans l'ombre d'un doute, que les 5 ont été jugés dans un climat de pression et de lynchage médiatique qui a influé sur la décision de la justice » a souligné Ignacio Ramonet.

Pour sa part, Maître Martin Garbus, avocat des antirretoristes , s'est référé à l'argument présenté maintenant à la Cour Fédérale dénonçant le fait que le gouvernement étasunien a dépensé des millions de dollars pour les faire condamner.

Maître Garbus a condamné le paiement annuel de tant de dollars pour que la presse publie des articles, qui sont parvenus au jury, d'une façon quelconque et qui ont eu une influence sur son verdict. « Tout cet argent a été dépensé afin que les 5 aient un procès injuste » -a-t-il relevé.

Le site « Des voix pour les 5 », invite les internautes à se joindre à cette nouvelle campagne internationale en envoyant un message, une photo ou un message vidéo condamnant l'emprisonnement des 4 antiterroristes cubains.

 

Édité par Reynaldo Henquen



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up