Thomas Bach à la présidence du CIO et la pression du Japon pourrait faire revenir le baseball au programme olympique

Édité par Michele Claverie
2013-11-29 15:35:46

Pinterest
Telegram
Linkedin
WhatsApp
La récente élection de Thomas Bach à la présidence du CIO et la pression du Japon pourraient  faire revenir le baseball au programme olympique, a déclaré à La Havane le président de la fédération Internationale de Baseball (IBAF), Ricardo Fraccari. 

« Avec l'élection de Bach beaucoup de choses vont changer au CIO et dans le programme olympique » a signalé à la presse Ricardo Fraccari, en soulignant que la IBAF est en train de travailler pour que la pression exercée par le Japon (pour qu'il y ait le baseball à Tokyo 2020) et la disposition du CIO de changer le programme » s'unissent.

Ricardo Fraccari qui a terminé une visite de trois jours à Cuba, a indiqué qu'il a abordé le retour du baseball avec Thomas Bach  lors d'une rencontre qu'ils ont eu cette semaine à Rome et il a mis en exergue le fait que l' idée  d'inclure plus de sports aux Jeux ( actuellement il y en a 28), sans augmenter le nombre de sportifs, pourrait favoriser la nouvelle Confédération  Baseball -Softball. 

Après avoir été exclus du programme olympique à  partir de Londres 2012, les deux disciplines se sont unies en une seule fédération ,la WBSC,  pour tenter de revenir aux Jeux mais ont perdu, face à la lutte, lors d'un vote effectué en septembre à Buenos Aires. 
 
Pour sa part le Cubain  Antonio Castro Soto del Valle, un des vice présidents de l'IBAF , a révélé que dans sa stratégie pour que le baseball fasse partie de nouveau des Jeux, cette organisation a proposé au CIO un nouveau format de compétition « innovateur et efficace » pour baisser les prix et chercher un meilleur dynamisme.

 « Deux tournois de grand impact se disputeraient, un de baseball et un de softball féminin , avec les meilleurs joueurs du monde «  a expliqué Antonio Castro en précisant que 8 équipes participeraient à ces compétitions en deux semaines. 

Le vice président a expliqué que l'IBAF a investi lors de la dernière décennie « plus de 20 millions de dollars dans 150 projets de développement dans plus de 100 pays d'Europe, d'Asie, d'Afrique, d'Océanie et d'Amérique.  









Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up