Maduro souligne que le Venezuela ripostera durement à toute agression de la Colombie

Caracas, 19 février (RHC) Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a averti son homologue colombien, Iván Duque, du fait que son pays ripostera à toute violation de la souveraineté du pays bolivarien.

Lors d’une conférence de presse devant des médias nationaux et étrangers sur divers sujets, Maduro a répondu aux déclarations de Duque, dans lesquelles celui-ci a annoncé la création d’un commando pour combattre les guérilleros dissidents qui, selon le président colombien, se réfugient au Venezuela.

Le dirigeant vénézuélien, rejetant les accusations de Duque, a dit qu’il s’agissait d’un « mensonge repris que personne au monde ne croit et auquel il a recours pour détourner l’attention des graves problèmes économiques et sociaux, comme le massacre de leaders sociaux et d’anciens guérilleros, en Colombie.

Maduro a mis en doute le fait que Duque fasse de telles remarques contre le gouvernement vénézuélien, alors qu’en réalité, "ce sont les autorités de Colombie qui ont remis les frontières depuis longtemps aux mafias, paramilitaires, aux mafias de contrebandiers, aux narcotrafiquants".

C’est pourquoi le dirigeant chaviste a signalé :, "j’ai dit à la Force Armée Nationale Bolivarienne [FANB] de répondre avec force aux déclarations téméraires d’Ivan Duque sur le Venezuela. Qu’ils répondent en paroles, et qu’ils nettoient les canons de nos fusils pour y répondre sur le plan auquel nous devrons répondre si Ivan Duque ose violer la souveraineté du Venezuela".

Maduro a appelé le gouvernement colombien à cesser de conspirer et à démanteler les campements de mercenaires qu’il détient pour envahir le Venezuela. "Ne deviens pas fou Ivan Duque, connaît tes limites et respecte le Venezuela. Ne te laisses pas aveugler par la haine et l’obsession que tu éprouves envers notre pays", a-t-il insisté.

Le Venezuela a rompu ses relations avec la Colombie en février 2019 après que Bogota eut reconnu le chef de l’opposition vénézuélienne, le putschiste Juan Guaidó, qui s’est autoproclamé "président chargé" en janvier de la même année.

Depuis lors, le gouvernement vénézuélien dénonce divers complots ourdis en Colombie, avec l’appui de Duque, pour renverser Maduro. L’opération Gédéon a été un cas prouvé.

(Hispantv)

Édité par Reynaldo Henquen



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up