«Si nous pouvons faire face au Covid-19 c'est grâce à l'œuvre de la Révolution»

La Havane, 11 avril, (RHC).- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel a souligné ce vendredi que malgré le renforcement du blocus Cuba s’en sortira.

Au cours de la réunion qui fait quotidiennement le suivi des mesures adoptées pour la prévention et le contrôle du nouveau coronavirus, le Chef d’État cubain a souligné qu’il fallait continuer à travailler sans répit contre la pandémie qui frappe de plein fouet l’humanité toute entière et nous préparer pour son étape la plus intense dans notre pays, prévue le mois prochain.

« Nous sommes une nation punie injustement et cruellement par un blocus de plus de 60 ans. Ce harcèlement n’a pas été assoupli dans les conditions actuelles. Ni la persécution financière, ni la guerre économique et au milieu de cette situation les actions visant à discréditer et à isoler la Révolution cubaine s’accroissent.

Comme je l’ai récemment expliqué le gouvernement étasunien a lancé une calomnie comme quoi Cuba participerait au trafic de drogues. Un mensonge de plus que soutiennent les laquais de l’empire.

Nous sommes un peuple qui, harcelé par un empire, multiplie son ingéniosité et ses énergies pour faire face à une épidémie globale et pour partager ses forces et ses expériences avec d’autres nations.

Autrement dit, nous, les bloqués, un petit pays, voilà à quoi nous consacrons nos efforts, voilà où sont nos pensées, voilà où est le cœur de cette nation. Nous luttons ici mais nous partageons aussi avec d’autres nations.

Chaque action de nos scientifiques, de nos médecins, de notre peuple pour faire face à l’épidémie et pour faire reculer la mort est un monument à Fidel à son œuvre visionnaire humanitaire et à sa foi en Marti comme quoi «Le meilleur de l’être humain prévaut quand on encourage, quand on reconnaît, quand on stimule.

Et si aujourd’hui nous avons pu faire face à tout ceci c’est grâce à l’œuvre de la Révolution. »

Miguel Díaz-Canel a souligné que l’on continuera à travailler avec exigence et responsabilité.

 

«Cette œuvre, cette conception humanistique de la politique, cette Cuba qui est admirée respectée et reconnue dans le monde, doit être rehaussée par tous les enfants de la Révolution, c’est-à-dire nous, le peuple cubain.»

Édité par Francisco Rodríguez Aranega



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up