Les États-Unis expulsent un opposant vénézuélien qu’ils accusent de collaboration avec le gouvernement de Maduro

Caracas, 26 février (RHC) Le député de l’opposition vénézuélienne Javier Bertucci a déclaré qu’il avait été expulsé par les autorités migratoires des États-Unis alors qu’il tentait d’entrer dans la ville de Miami, où il se serait rendu  faire des démarches sur "un programme d’aide humanitaire de grande envergure" destiné à son pays.

Le député de l’opposition, qui s’est rendu avec sa famille en République dominicaine, puis a pris contact avec Miami, a affirmé qu’il avait été détenu pendant plus de 12 heures à l’aéroport nord-américain, où il aurait été signalé par un fonctionnaire des migrations "comme une personne qui collaborait avec le gouvernement" du président Nicolas Maduro.

Bertucci a imputé sa déportation à un secteur "réduit de l’opposition radicale", apparemment en référence au groupe dirigé par le chef putschiste Juan Guaidó, qu’il a accusé de "mentir" aux Etats-Unis pour empêcher les membres de l'"opposition modérée" d’être "Des oreilles à Washington".

"Le gouvernement ne m’a pas placé à ce poste, il ne l’a jamais fait, j’y ai été placé par 110.000 électeurs qui m’ont élu comme leur représentant par l’état de Carabobo à l’Assemblée", a déclaré le député du parti d’opposition El Cambio.

Dans une vidéo qu’il a diffusée sur les réseaux sociaux, Bertucci a dit que son voyage n’était pas en tant que diplomate ou député, mais en tant que personne normale qui allait tenir des rencontres non officielles. " Il ne s’agissait pas de réunions à caractère politique. Ce sont des ONG qui ne sont pas liées au gouvernement et qui ont intérêt à apporter une aide humanitaire importante pour pallier cette crise difficile", a-t-il déclaré.

Cependant, après la polémique, Bertucci s’en est pris particulièrement aux membres de l’opposition radicale qui ont fêté la décision des autorités migratoires américaines : "Pourquoi se réjouissent-ils, parce que je n’ai pas réussi à obtenir de l’aide humanitaire pour le peuple ? C’est ça votre joie? Ça me fait mal de voir le niveau de haine", a-t-il dit.

En fait, le député a clairement exprimé son opposition au gouvernement de Maduro au Parlement et a insisté sur sa volonté de dialoguer avec Washington pour "obtenir une sorte d’accord".

Il a réaffirmé qu’il maintiendra le contact avec plusieurs ONG pour concrétiser l’afflux d'"aide humanitaire", tout en préconisant un rapprochement avec les Etats-Unis pour parvenir à un "assouplissement des sanctions", qui ont durement frappé l’économie vénézuélienne.

Selon le gouvernement vénézuélien, les mesures coercitives unilatérales imposées par les États-Unis contre le pays sud-américain ont entraîné la perte de revenus bruts de l’ordre de 102 milliards de dollars.

 

(Russia Today)

Édité par Reynaldo Henquen



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up