Les États-Unis poursuivront leur politique hostile contre le Venezuela

Washington, 4 mars (RHC) Le secrétaire d’État des États-Unis, Antony Blinken, lors d’un appel téléphonique avec le chef de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó, lui a transmis que l’administration de Joe Biden continuera à exercer la même campagne de pression initiée par son prédécesseur sur l’exécutif de Nicolas Maduro.

L’information est parvenue par le biais d’un communiqué de presse publié par le porte-parole du département d’État, Ned Price.

"Le secrétaire d’État Blinken a décrit nos efforts pour travailler avec des alliés partageant les mêmes idées, notamment l’Union européenne [UE], le Groupe de Lima, l’Organisation des États américains [OEA] et le Groupe de contact international, pour accroître la pression multilatérale et faire pression en faveur d’une transition démocratique et pacifique", note-t-elle aux médias.

À travers le texte, Price a assuré que, pendant la conversation, Guaidó et Blinken ont également discuté de la crise politique et économique du pays bolivarien.

Washington a récemment promu une politique hostile contre Caracas en raison de son refus de rester proche de la ligne politique hégémonique américaine dans la région latino-américaine.

L’ancienne administration du républicain Donald Trump, non seulement s’est prêtée à intervenir dans les affaires intérieures du Venezuela en offrant son soutien à Guaidó en le reconnaissant comme le "président en charge", mais a également introduit de nombreuses sanctions contre la nation vénézuélienne, visant son industrie pétrolière et des fonctionnaires proches de Maduro.

Le leader chaviste a demandé au nouveau gouvernement américain de cesser de diaboliser le Venezuela et de construire une nouvelle relation basée sur le respect de la souveraineté de la nation bolivarienne.

(Source/HispanTV)

Édité par Reynaldo Henquen



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up