Miguel Díaz-Canel insiste sur le diagnostic rapide du Covid-19 pour éviter l’aggravation des malades

Miguel Díaz-Canel mise sur le perfectionnement de la gestion du Covid-19 avec la contribution des scientifiques cubains.

La Havane, 4 septembre, (RHC).- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a insisté ce jeudi sur l’importance du diagnostic rapide du Covid-19 notamment chez des personnes vulnérables pour éviter à temps leur aggravation.

Ce mercredi, Cuba a recensé 88 nouveaux cas positifs au Covid-19, le plus grand nombre depuis le mois de mars. Au cours de la réunion du groupe temporaire pour la prévention et le contrôle de la maladie, le ministre de la Santé, le Dr José Angel Portal, a informé de l’ouverture de deux  événements de transmission à La Havane.

Notre capitale reportait ce jeudi 432 cas actifs. Le gouverneur de La Havane, Reinaldo García, a fait état du travail réalisé pour l’isolement et le contrôle de 150 foyers.

Le vice-premier ministre, le Dr Roberto Morales, a signalé qu’il fallait agir au plus vite et appliquer les protocoles prévus pour le traitement de la maladie aux suspects, notamment les personnes âgées et les femmes enceintes, même sans avoir un diagnostic confirmatoire.

«Il faut insister toujours sur l’identification de toutes les personnes présentant le moindre symptôme d’abord à leur domicile et aux lieux de travail et puis dans les institutions de santé. Il faut appliquer les protocoles prévus notamment aux personnes les plus vulnérables même s’ils restent chez eux. Pour ce faire, il y a toute une série de médicaments disponibles dans toutes les polycliniques pour suivre ces protocoles avec rigueur. Face au moindre symptôme, non seulement la fièvre, il faut penser tout d’abord au Covid-19 et ensuite au reste des maladies».  

Les plus hautes autorités cubaines ont tenu ce jeudi une nouvelle réunion avec les scientifiques impliqués directement dans la lutte contre le Covid-19.

Raúl Guinovart, doyen de la faculté des mathématiques et d’informatique de l’université de La Havane, a présenté une étude sur l’évolution de l’épidémie ces dernières semaines.

«Et pour terminer je voudrais dire que ces tableaux reflètent le travail réalisé. D’un côté, ils démontrent que nous avons le contrôle sur la pandémie en comparaison avec la plupart des pays du monde et notamment de la région mais de l’autre ils reflètent nos insuffisances. Je crois que nous devrions profiter des réserves existantes. Chaque travailleur, chaque étudiant en médecine, chaque cadre professionnel doit être conscient du fait que confirmer et isoler un cas aujourd’hui équivaut à éviter des centaines d’autres  demain».

Les études sociodémographiques présentées par les Docteurs Antonio Aja et Alejandro Lage, sur la mobilité des personnes au sein de la capitale et depuis d’autres provinces ont été par ailleurs considérées comme un outil très important.

Selon les experts, les mesures récemment prises à La Havane ont réduit la mobilité mais pas au niveau atteint au mois d’avril.

A la fin de la réunion, le président Miguel Díaz-Canel a souligné que malgré la complexité du scénario épidémiologique actuel, notre système de santé a gardé sa vitalité et il a évalué de très positifs les échanges de vues avec les scientifiques.

«La réunion d’aujourd’hui a eu une particularité qui démontre aussi l’importance de la contribution des scientifiques à cette lutte.

Au milieu de la complexité du moment, nous avons établi un débat qui va de la contribution des sciences  à la prise des décisions. Dans ces nouvelles circonstances, nous avons vu que nous pouvons encore perfectionner la gestion du gouvernement à partir des évidences découlant des recherches. Cela nous confirme une fois de plus l’importance de tout le travail que réalisent les experts et les groupes de scientifiques en fonction de la lutte contre le Covid-19». 

Édité par Francisco Rodríguez Aranega



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up