Brésil : Lava Jato a omis des conversations téléphoniques pour nuire à Lula

Brasilia 3 mars (RHC) De nouveaux messages révèlent aujourd'hui au Brésil que les procureurs de l'opération désactivée Lava Jato ont caché des conversations interceptées de peur de favoriser la défense de l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva.

Le média Consultant Juridique assure que les dialogues révélés ont confirmé que les membres de l’auto proclamé `` groupe de travail Lava Jato '' ont omis des discussions impliquant un témoin dans l'affaire du triplex de Guarujá.

L'ancien président est accusé de posséder un appartement triplex dans la zone côtière de Guarujá, dans l'État de Sao Paulo, dont il aurait bénéficié pour avoir favorisé la société OEA.

Les procureurs indiquent que l'ancien chef de l'Etat a reçu la propriété en compensation des marchés remportés par la société OEA en signant des contrats avec la compagnie pétrolière publique Petrobras.

Dès le début du procès, même en première instance, l'ancien dirigeant ouvrier réaffirme son innocence.

La défense allègue que l'appartement n'est pas la propriété de Lula, il n'y a aucune preuve contre l'ancien dirigeant, qui n'a jamais commis de crime avant, pendant ou après son mandat.

Selon le site, les procureurs craignaient que les conversations «s'accordent avec la thèse de Lula selon laquelle il ne voulait pas de l'appartement».

La conversation a eu lieu le 13 septembre 2016, un jour avant que le parquet ne présente l'accusation contre le fondateur du Parti des travailleurs.

Le procureur Athayde Ribeiro Costa a analysé avec les autres membres du «groupe de travail», «notamment Deltan» (Dallagnol, alors coordinateur du groupe), s'il serait favorable au procès «d'utiliser l’appel intercepté de Mariuza».

Mariuza Aparecida Marques était une fonctionnaire de l'OEA et a été appelée par le Ministère Public Fédéral comme témoin à charge dans le cadre du procès de dossier de Guarujá.

L'opération désactivée Lava Jato a désigné Mariuza comme responsable du suivi des travaux.

Lors de l’enquête, elle a apparu dans une conversation téléphonique interceptée, mais les procureurs ont décidé de ne pas inclure cette information dans le dossier car cela pourrait profiter à la défense de Lula.

«Les gars, en particulier Deltan, nous devons réfléchir attentivement si nous voulons utiliser cet appel crypté de Mariuza,  car il pourrait confirmer la version de Lula selon laquelle il ne voulait pas de l'appartement. Cela peut nous porter préjudice», a déclaré Athayde.

Dans une nouvelle demande adressée à la Cour suprême fédérale, les avocats de l'ancien président mettent  en garde contre la dissimulation de l'appel de Mariuza.

En plus de la suppression des preuves qui pourraient profiter à l'accusé, il y a une autre illégalité flagrante révélée par le dialogue: l’omission dans les dossiers originaux de l’appel d’une personne faisant l'objet d'une enquête.

 

Source Prensa Latina

Édité par Reynaldo Henquen



Commentaires


Laissez un commentaire
Tous les champs sont requis
Votre commentaire ne sera pas publié
captcha challenge
up